Nous n'avons fait que fuir

Publié le par Rolston

C'est avec en fond sonore cette dernière production noir désirienne que je prends les commandes. Quelques mots rapidement échangés, quelques sentiments à peine susurés, voilà sur quoi je m'en suis allé. Non pas de mon plein grés mais une fois de plus trahi par la modernité antique du plaisir informatique. Nus avons enfin établi un lien, une personne que tous deux connaissons, cela n'a rien d'étrange dans notre petit monde et à la fois rien de rassurant. Comme toi j'ai ma vie, mes obligations, mes doutes et mes certitudes, comme toi (je pense) je ne veux pas étaler sur la place publique ma vie privée, alors méfiance, prudence et pas de fautes.

Mes nuits sont plus belles que vos jours criait un titre de film à la face du commun des mortels, en ce moment l'accroche n'est plus bonnes, mes nuits sont chahutées, mes jours violents et miséreux. Je suis une nouvelle fois bousculé, une nouvelle fois je dois me poser afin de ne rien briser, afin de ne pas être trop destabilisé. Mon père me tends une main que bien longtemps j'avais attendu, mais aujourd'hui je ne la saisie pas, je le ferrai sans doute sous peu, dans une lettre épinglée de phrases lacauniques et meurtrières, sans concessions.

Je cherche à me mettre à l'abri du destin, de la futilité de la vie comme de celle des sentiments, mais hélas aujourd'hui je n'y arrive pas, un futur toujours aussi sombre, une vie toujours pleinne de manques et d'attentes, j'ai décidé de vivre certaines expériences pour ne pas regretter, sachant que je ne serai pas juger sur cela à condition une nouvelle fois d'être clair et prudent, clair je veux l'être prudent je l'éspére.

Vous n'y comprennez rien, cen'et pas grave, ce n'est rien. Vous me lisez clairement alors aidez moi, soufflez moi de vos réponses si importantes. Je suis parfois trés seul dans cette tête.

J'ai beaucoup d'autres choses à écrire ce soir, beaucoup à finir, alors je change de support et je continue avant de me laisser déborder de tous côtés par le sommeil, l'ennui ou la voluptée.

Publié dans Vie

Commenter cet article