Patron tête de con

Publié le par Rolston

Bon j'en aurais prit du temps pour le pondre cet article mais cette fois je suis décidé, je le fais et pas plus tard que maintenant là tout de suite.

J'ai reçu ce matin ma lettre de licenciement économique, ça fait déjà plus d'une semaine que je glande chez moi, car mon futur ex boss, a eu la bonne grace de m'autoriser à rester chez moi pendant la semaine qui suivait l'entretien de pré licenciement. Je vais la faire courte tellement tout cela est ridicule, ubuesque et afflicgeant (et encore je pese mes mots).

Nous voiçi donc 4 licenciés éconimiques, sacrifiés économiques devrai-je dire. En effet notre patronne à donc choisi de garder le chef d'équipe pour des raisons ouvertement politiques, malgré le fait que ce dernier est, lors de la derniére réunion d'équipe et en la présence de son chef hierarchique, confirmé ce que nous savions depuis deux ans, c'est à dire qu'il ne faisait absolument aucune préparations, aucun retour, ne prenait aucune note, n'avait aucun moyen de suivit et j'en passe. Grosso modo il a crié bien fort "Je suis Guyanais, vous n'oserai jamais me virer alors je vous emmerde".

Résultat : le boss le garde et mets tout le monde dans la charette, tout en s'assurant que nous ne reviendrons pas, même si notre statut de licenciés économiques nous ouvre les portes en priorité normalement. Il nous a été dit que les postes ne seront pas passés à l'ANPE et qu'ils changeront quelques lignes pour que l'on est pas à craindre de refuser et ainsi perdre nos maigres droits de licenciés éco.

Un licenciement bidon (car tout le monde, même les Assedics, sait que c'est nous qui avons eu l'appel d'offre, des postes cachés pour ne pas nous "obliger à revenir", un patron qui joue la carte du racisme ordinaire et j'en passe pour ne pas me faire trop de mal.

J'éspére que tout cela leur pétera à la gueule !!!!!!!!!!!!!!!!!!

 

Publié dans Vie

Commenter cet article

Carline 10/02/2007 22:47

Dûr de s'accrocher à "always look on the côté de la vie où que ça brille" ces temps hein ?