Liverpool

Publié le par Rolston

Liverpool renversant !

Liverpool a remporté la cinquième C1 de son histoire, en venant à bout du Milan AC aux tirs au but (3-2), alors que les deux équipes étaient à égalité 3-3 au terme de la prolongation. Menés 0-3 à la pause, les Reds étaient parvenus à revenir à la marque en deuxième période au prix d’un incroyable retournement de situation.

Par Cyril Le Guyon

Quel spectacle ! Cette 50e finale de la Ligue des champions entre Liverpool et le Milan AC aura tenu toutes ses promesses. Alors que les Transalpins avaient semblé tuer le match en prenant trois buts d’avance en première mi-temps, les Reds ont su refaire leur retard en l’espace de six minutes peu avant l’heure de jeu. La Coupe aux grandes oreilles s’est finalement jouée dans une séance de tirs au but au cours de laquelle trois joueurs milanais (Serginho, Pirlo et Shevchenko) ont raté leur tentative, contre un seul liverpudlien (Riise).

Dhorasoo et Cissé sur le banc
Entre deux des clubs les plus titrés de l’histoire du football européen, Milan partait avec les faveurs du pronostic. Avec ses 6 victoires dans la plus prestigieuse des compétitions du Vieux Continent, le club italien pouvait se prévaloir de deux succès de plus que son adversaire du soir dans cette épreuve. Mais c’est surtout au regard de son effectif et de la performance collective réalisée contre l’Inter et Manchester aux tours précédents que les Lombards faisaient figure d’équipe à battre.

En légère baisse de régime cependant ces dernières semaines, les Milanais débutaient la rencontre dans leur formation-type avec finalement Crespo en attaque pour épauler Shevchenko. Ambrosini (blessé) et Inzaghi (non retenu) ne figuraient pas sur la feuille de match, à l’inverse de Dhorasoo qui s’asseyait sur le banc. Côté anglais, Xabi Alonso et Kewell étaient préférés à Biscan et Hamann dans un entrejeu toujours très fourni. Baros commençait en pointe, laissant Cissé sur la touche.

Maldini frappe d’entrée
Et il ne fallait pas arriver en retard au Stade Atatürk. On jouait seulement la première minute de jeu lorsque les Milanais obtenaient un coup franc sur le côté droit, qui, tiré par Pirlo, aboutissait à une superbe reprise de volée du droit de Maldini au premier poteau (1-0, 1ere). Dudek était battu et voilà comment les Rossoneri inscrivaient l’un des buts les plus rapides de l’histoire des finales de la C1, qui plus est par leur joueur emblématique. Le début d’une finale complètement folle...

Après le but de Maldini, les Reds tentaient de réagir et un bon coup de tête de Hyypia mettait Dida à contribution (4e) : la seule véritable réaction des Anglais dans une première période largement dominée par les Rossoneri. Les corners de Pirlo et Seedorf, les ouvertures de Kaka et Gattuso mettaient à rude épreuve la défense rouge. Luis Garcia renvoyait sur la ligne un coup de tête de Crespo (14ee). Puis Shevchenko trompait Dudek mais était signalé hors-jeu (29e).

Le doublé de Crespo
Le pire était cependant à venir pour Liverpool, piégé sur deux contres milanais. Kaka lançait d’abord Shevchenko qui centrait pour Crespo, ce dernier n’ayant plus qu’à conclure (2-0, 39e). Puis l’attaquant argentin héritait d’une ouverture lumineuse de Kaka et venait battre Dudek d’une petite pichenette du droit (3-0, 43e). La messe semblait presque dite lorsque M. Mejuto Gonzalez, l’arbitre de cette rencontre, renvoyait les deux équipes aux vestiaires.

En deuxième mi-temps, pourtant, le match basculait en l’espace de quelques minutes. C’est d’abord Gerrard de la tête qui reprenait un centre de Riise pour prendre à défaut Dida (3-1, 54e). Puis Smicer trouvait à son tour le chemin des filets sur une tentative lointaine à la suite d'un beau mouvement collectif anglais (3-2, 56e). Et, plus incroyable encore, les Reds obtenaient un penalty pour une charge de Gattuso sur Gerrard ; Xabi Alonso trompait en deux temps le portier milanais (3-3, 60e). Impensable quelques instants plus tôt : les Anglais étaient revenus à la marque.

Traoré sauve sur sa ligne
La partie pouvait alors basculer d’un côté comme de l’autre. Dida peinait à repousser une tentative lointaine de Riise (63e) puis Traoré sauvait sur sa ligne une frappe en déséquilibre de Shevchenko (70e). Sur un contre milanais, Crespo manquait sa passe pour Kaka qui était pourtant absolument seul (80e). Après l’entrée en jeu de Cissé à Liverpool, un corner de Pirlo dévié par les têtes de Stam puis Kaka faisait passer de nouveaux frissons dans le ciel stambouliote (88e), avant une inéluctable prolongation.

Peu avant cette échéance, Ancelotti avait procédé à deux changements. Un coaching qui aurait pu s’avérer payant mais Tomasson ne pouvait reprendre un centre parfait de Serginho (101e). Alors que les joueurs souffraient le martyre en raison de la fatigue, un corner rentrant de Rui Costa frôlait la lucarne (112e), puis Dudek mettait en échec Shevchenko sur deux arrêts-réflexe venus d’ailleurs (118e). Tout devait donc se jouer aux tirs au but pour l’épilogue que l’on sait.

Publié dans Sport

Commenter cet article