Mes que un club

Publié le par Rolston

Mes que un club

Pour la première fois depuis plus d’un siècle, le maillot du FC Barcelone sera flanqué d’un logo, au nom un peu particulier : l’UNICEF. Un partenariat humanitaire inédit qui confirme le caractère à part de la formation espagnole.

Par Gilles Festor

L’exception barcelonaise
Vierge de toute inscription publicitaire depuis 1899, date de la création du club, le maillot le plus convoité de la planète par les plus grands annonceurs du ballon rond va enfin être floqué d’un logo. Révolution en Catalogne ? Pas vraiment puisque l’inscription ne rapportera pas un sou aux dirigeants blaugrana. Le président des vainqueurs de la Ligue des Champions 2006, Juan Laporta, a accepté de mettre un terme à l’exception barcelonaise en permettant à l’UNICEF d’apposer son nom sur les couleurs du FCB pour une durée de cinq saisons. Un large partenariat est même prévu entre l’œuvre humanitaire et le club espagnol dans les années à venir. L’accord avec l’organisme rattaché à l’ONU sera officialisé en grandes pompes le 11 août prochain aux Nations Unis, en présence du secrétaire des Nations Unies, Kofi Annan.

Une grande opération marketing
L’opération permet une fois de plus au FC Barcelone de se positionner comme étant plus qu’un simple club de football, le communiqué présentant le FC Barcelone comme «un nouvel espoir pour les enfants vulnérables». Au-delà d’un geste de grande classe dans un sport où le business est devenu roi, le Barça réussit là une opération de communication retentissante. Il permet au club de faire un peu plus exception dans le paysage du football européen, avec certains particularismes qui le caractérisent. On pense notamment aux 110 000 socios, associés directement aux décisions de la direction, dont faisait partie Jean Paul II, à l’époque titulaire de la carte n°108 000.

Un maillot qui vaut au moins 15 millions
Mais surtout, Barcelone n’a pas dérogé à la règle qui consiste à refuser la présence d’un sponsor sur le maillot, malgré les offres mirobolantes de certaines entreprises. Quelques mois après son arrivée à la tête du club Joan Laporta avait laissé la porte ouverte à d’éventuelles négociations concernant l’arrivée d’un partenaire. Des négociations avec une célèbre entreprise anglaise de paris en ligne auraient même été menées. Bet and win aurait même proposé 15 millions d’euros par an pour coller son logo au maillot de Ronaldinho et consorts. Mais la tiédeur avec laquelle ont été reçues ces rumeurs par les socios ont rapidement refroidi les contacts. L’équipementier Nike gardera donc seul le privilège de placer sa petite griffe sur la tunique catalane, à l’opposé de l’emblème du club.

Publié dans Sport

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article