La bactérie "mangeuse de chair" tue un homme à Hong-Kong

Publié le par Rolston

Elle peut détruire les tissus et provoquer la mort dans un délai de 12 à 24 heures après l'infection, après avoir pénétrer par une brèche quelconque sous la peau ou par voie sanguine.

Les autorités sanitaires de Hong Kong ont annoncé, vendredi 28 décembre, la mort d'un homme de 55 ans victime d'une bactérie "mangeuse de chair" qui occasionne une maladie infectieuse rare mais très grave. Ce cas fait l'objet d'une enquête.
L'homme qui souffrait de douleurs au cou et se plaignait de problèmes au niveau des voies respiratoires supérieures s'est rendu dimanche chez un médecin.
La douleur s'est propagée à sa fesse droite. Il a alors été admis à Noël dans un hôpital privé pour y subir une opération chirurgicale visant à retirer les tissus contaminés. Il a ensuite été transféré dans un autre hôpital où il est mort jeudi.

Des tests ont montré que la blessure à la fesse était contaminée par un streptocoque pyogène (qui provoque du pus) ayant entraîné des nécroses des tissus, d'où l'appellation de bactérie "mangeuse de chair", a expliqué le Centre de protection sanitaire.
Un porte-parole du centre a précisé que la bactérie pouvait détruire les tissus et provoquer la mort dans un délai de 12 à 24 heures après l'infection.
La bactérie "mangeuse de chair" est un streptocoque A qui est à l'origine d'une maladie infectieuse rare, peu connue mais très grave, présentant des risques de mortalité élevés ou entraînant de lourdes séquelles fonctionnelles (amputation) et esthétiques.
Cette bactérie pénètre soit par une brèche quelconque sous la peau pour s'installer dans le tissu sous-cutané soit y arrive par voie sanguine quand le corps est déjà infecté.
Pour désigner cette nécrose, certains spécialistes préfèrent le terme de "gangrène sous-cutanée à streptocoque béta hémolytique" ou "syndrome de Meleney", du nom de l'Anglais qui l'a décrite en 1924.

Publié dans Vie

Commenter cet article

Carline973 29/12/2007 14:10

ouais... on étudie cette bactérie avec les élèves aussi et la reflexion qui revient à chaque fois c'est "mais pourquoi s'en prennent elles (parce qu'il en existe d'autres méchantes) comme ça à notre éspèce ?"...bah sans doute parce qu'on n'est destiné qu'à finir en un gros tas putréfié...